Peinture

pic_autres

                    Cliquez sur les liens à droite de l’écran –>


A ) Travaux avant peinture sur revêtements anciens

Les prescriptions contenues dans cet article ne s’appliquent qu’aux anciens fonds de peinture ou tapissés. Lorsque le subjectile est mis à nu, il convient de se reporter aux prescriptions relatives à la nature du subjectile.

1 Anciens fonds de revêtements à la colle ou assimilés

L’enlèvement s’effectue par lavage à l’eau, en utilisant l’éponge ou la brosse douce, les parties adhérentes s’enlevant au grattoir.

Le séchage à coeur du support doit être complet avant application d’un autre revêtement.

2 Anciens fonds de revêtements lessivables

2.1 Lessivage pour repeindre
Il comprend :
- le lessivage à l’eau froide et additionnée d’un détergent suivi d’un rinçage à l’eau claire sur fonds exempts de graisse;
- le lessivage à l’eau chaude avec dégraissant alcalin sur fonds gras;
- le lessivage à la lessive très diluée sur anciens fonds laqués ou vernis.

2.2 Décapage pour repeindre

Les anciens fonds mal adhérents incompatibles avec les revêtements à appliquer seront éliminés par décapage.
Les différents types de décapages sont les suivants :
- mécanique à la meule ou au disque par exemple;
- chimique, aux solvants gélifiés ou aux décapants alcalins.
Les décapants chimiques employés doivent être compatibles avec le support. Ce type de décapage doit être suivi d’un rinçage abondant et d’un séchage complet.
- thermique :
les vieux fonds de peinture faïencés ou cloqués sont ramollis à la flamme et éliminés par grattage au grattoir affilé. Le brûlage ne doit pas attaquer le support
- par projection d’eau à haute pression
- par projection d’abrasif fin.

3 Détapissage
Avant peinture, les anciens papiers de tentures doivent être enlevés par détrempe, grattage, arrachage, décapage ou par utilisation de produits du commerce suivie d’un rinçage si nécessaire.
Le subjectile mis à nu devra être totalement sec avant poursuite des travaux.
Ces travaux peuvent être exécutés manuellement ou mécaniquement.

4 Égrenage, grattage
Il doit faire disparaître les parties cloquées ou mal adhérentes. Cette opération est ponctuelle. Elle s’exécute à sec.    Un égrenage ne remplace pas un décapage, notamment dans le cas de peintures cloquées.

5 Ponçage à sec
Il s’exécute sur tous supports.

6 Rebouchage et masticage
Destinés à faire disparaître les principales cavités, ils ne sont pas suivis d’un enduisage.
Ils s’exécutent avec tout type d’enduit ou de mastic compatible.

7 Enduisage
Destiné à corriger les défauts d’aspect, qui subsistent après le rebouchage, selon les prescriptions des DPM.
On distingue :
- l’enduit non repassé;
- l’enduit repassé;
- l’enduit structuré.

8 Préparation des supports anciens métalliques
Les supports non démontables seront préparés par tout moyen approprié : piquage, grattage, brossage et dépoussiérage, etc.
Dans le cas de supports démontables, il convient de se référer à la préparation des supports neufs. Sur dérogation du maître d’ouvrage, ces éléments peuvent néanmoins être traités sur place par piquage, grattage, brossage et dépoussiérage (par exemple : persiennes).

9 Cas particuliers non visés par la présente norme
Les systèmes de peinture ne sont pas faits pour résister aux dilatations et retraits des matériaux et aux fissures qu’ils engendrent.
Les rebouchages de fissures à caractère d’étanchéité ne sont pas du ressort de ce document. Pour les fissures extérieures, il convient de se reporter par exemple à la  norme NF P 84-404.
Les supports fissurés peuvent être marouflés en plein.

9.1 Raccords entre matériaux différents
Pour limiter les fissurations apparentes, il peut être procédé à la pose de bandes de calicot, de tissu naturel ou synthétique à cheval sur le raccord. Cette armature est noyée dans la couche d’apprêt.
Cette opération est quelquefois désignée, marouflage.
Elle s’exécute sur prescriptions spéciales.

9.2 Fissures
Les fissures de peu d’importance sur matériaux stabilisés sont traitées dans le cadre des paragraphes rebouchage ou dégrossissage.

9.3 Réparation des bétons
La réparation des bétons ne relève pas de la présente norme. Il convient de se référer par exemple à la  norme NF P 84-404  (Référence DTU 42.1).

10 Époussetage
Cette opération est nécessaire pour permettre la bonne adhérence des diverses couches de produits de peinture en éliminant les poussières de chantier et celles provenant des opérations de décapage, ponçage, etc. et autres similaires. Elle se pratique par brossage. Le lavage est interdit.

11 Anciennes peintures au plomb
L’utilisation jadis de peintures à base de céruse (carbonate de plomb toxique) pose le problème des risques de saturnisme.
On doit considérer le danger de pathologie :
- chez les occupants des locaux (enfants essentiellement);
- chez les peintres chargés des travaux de rénovation.

B ) Travaux sur subjectiles anciens non peints

Les travaux préparatoires seront exécutés comme prescrit aux paragraphes précédents après les opérations de nettoyage nécessaires : décontamination, lavage, etc.

C ) Peinture sur supports neufs et anciens

Phase d’exécution

1 Couche intermédiaire
Elle s’applique après nettoyage éventuel sur couche primaire, couche d’impression partielle ou totale, couche d’imprégnation, rebouchage, enduits de peinture, anciens fonds de peinture ou sur une ancienne couche intermédiaire.
La couche intermédiaire doit être compatible avec les préparations précédentes et les opérations ultérieures.

2 Révision
Pour les travaux de finition A, il y a lieu de prévoir une vérification et éventuellement une retouche de l’état de surface après enduit ou la couche intermédiaire.
Cette opération, appelée révision, peut consister si nécessaire en une application localisée d’enduit ou de mastic, suivie d’un ponçage et d’un époussetage.
Elle nécessite des retouches locales des parties révisées, seulement dans le cas d’une révision après couche intermédiaire.

3 Couche de finition
La couche de finition donne l’aspect définitif : mat, satiné ou brillant, et lisse, légèrement poché ou poché, et la couleur désirée, tels que précisés aux DPM.
La couche de finition doit être compatible avec la couche d’impression ou la couche intermédiaire et avec le subjectile.
Dans le cas d’une finition A, il est procédé à un ponçage, époussetage dans l’intervalle de l’application des couches successives.
L’épaisseur d’application doit être uniforme.
Sa couleur doit être de nuance proche de celle de la couche intermédiaire.
En l’absence de précision, l’aspect satiné est considéré comme moyen. L’aspect tendu correspondant à une peinture laque et n’est exigible que sur prescriptions spéciales des DPM pour un état de finition spécifique.

4 Hydrofuges de surface
Les traitements correspondants font appel à des produits mis en oeuvre par pulvérisation, à la brosse ou au rouleau, en une ou plusieurs passes pour obtenir la quantité minimale nécessaire à la fonction d’hydrofugation. Cette quantité est déterminée préalablement par l’exécution de la surface de référence.
Ces traitements permettent de maintenir l’aspect d’origine du parement de façade ou de lui donner un aspect peu différent (voir norme P 84-401).

Délai de recouvrement
L’intervalle de temps à respecter entre deux couches successives est fonction de la nature du liant du produit de peinture et des conditions thermo hygrométriques.

Application des produits de peinture
L’application des produits de peinture peut s’effectuer soit manuellement, soit mécaniquement.
Le choix de la méthode d’application est arrêté en fonction du subjectile, de l’état de finition recherché et des caractéristiques du produit de peinture.

Exécution de badigeons à la chaux
L’exécution des badigeons à la chaux aérienne (CAEB) ou hydraulique naturelle (XHN) ne relève pas de ce document ni de la  norme NF P 74-201-2  mais de l’annexe 3 de la  norme NF P 15-201  (Référence DTU 26.1), dans l’attente de la normalisation correspondante au titre de peinture.

Vernissage des bois
La texture du subjectile reste apparente après le vernissage.
L’application du vernis ne s’exécute que sur des subjectiles présentant un état de surface dépourvu de défauts non admissibles.
Le subjectile sera brossé et dépoussiéré ou lessivé ou décapé.

Lasures
Les lasures incolores en système complet sont à proscrire, en extérieur.


                    Cliquez sur les liens à droite de l’écran –>